Demande de renseignement - Tél mairie : 05 49 07 63 20 

Téléphone 

Objet de votre demande 

Nom et Prénom 

  Envoyer

Email 

 
Max : 1 MB

Commune de Limalonges

Ouverture au public :
Lundi-Mardi-Jeudi-Vendredi
de 13h30 à 17h00
E-mail : mairie-limalonges@paysmellois.org
Site créé par www.laurent-jaunet.com
Copyright 2020 - Tous droits réservés
Mentions légales - Cookies - Contact

Ouverture au public :
Lundi-Mardi-Jeudi de 13h30 à 17h00
Vendredi de 13h30 à 16h30

Votre message 

Site créé par www.laurent-jaunet.com
Copyright 2020 - Tous droits réservés
Mentions légales - Cookies

>Notre patrimoine classé...

Le dolmen de la Pierre Pèse

Non loin de Saint Saviol, mais bien sur le territoire de Limalonges, se trouve une vaste pierre tabulaire soutenue actuellement par trois supports courts et minces. Nous avons là un des monuments néolithiques les mieux conservés des Deux Sèvres.

Il a la forme d’un soufflet de maréchal ferrant long de 7,30 m., large au maximum de 3,50 m. et épais au sud de 1,15 m. Ce dolmen a été classé monument historique en 1837. Des fouilles en 1802 et 1808 ont permis de découvrir des ossements humains, des pointes de flèches et des haches en silex.

Signalons qu’à quelques 150 m. de ce dolmen se trouve le tumulus de Nouverteils, en partie démoli mais inscrit lui aussi monument historique (Juin 1993). A l’origine c’était un grand amas de pierres recouvert de terre qui avait été élevé au dessus d’une sépulture.

Les voies gauloises et romaines.
Des recherches par prospection aérienne ont permis, comme pour la villa romaine de Dessé, de repérer au nord des Maisons blanches une voie d’origine romaine qui aurait été l’axe Rom-Angoulême.
Une route encore plus ancienne, utilisée par les Gaulois et allant de Luxé en Charente à la Pierre levée de Poitiers, serait passée par la Pierre Pèse de Limalonges. Cet axe qui aurait porté le nom de « Chemin de la Pérote » figure sur le cadastre napoléonien de 1830 de la commune.

L’église Saint Jean-Baptiste

Cet édifice a été classé Monument historique en 1975. Bien que fortement remanié depuis le 12ème siècle, il présente un intérieur d’une beauté dépouillée et harmonieuse surtout dans la partie romane : la nef, large de 7 m et comprenant trois travées voûtées en plein cintre et le chœur.

Celui-ci est rétréci à 4,50 m., comme pour mieux attirer l’attention vers la partie essentielle du sanctuaire. Seuls les chapiteaux du chœur sont ornés et dans le fond de celui-ci on  peut  admirer l’abside en demi-cercle avec de chaque côté de la baie centrale des colonnettes aux chapiteaux sculptés. Le vitrail de cette baie est dédié au titulaire de cette église, Jean-Baptiste.

Un bas côté gothique a été rajouté au Nord avec trois travées voûtées sur croisées d’ogives.

L’extérieur de l’église présente un grand intérêt avec son portail latéral au sud et avec son chevet à l’est. Le portail latéral mérite l’attention avec les sculptures des deux chapiteaux situés de part et d’autre : sur celui de gauche un personnage entouré de deux serpents et sur celui de droite sept autres personnages agenouillés, se tenant les uns aux autres (peut-être pour exprimer l’idée de l’union pour être plus fort face à la tentation exprimée en face). Ce portail latéral et l’abside pourraient datés du 11ème siècle.

Le chevet (à l’est, côté rue) est  aussi à voir : plusieurs colonnes avec des chapiteaux ornés de motifs végétaux et une baie centrale particulièrement soignée.

Précisons que l’église de Limalonges fut placée par le pape Gélose II , en 1118,  sous la protection du saint siège et qu’elle fut en même temps mise sous la dépendance de l’abbaye de Nouaillé. La cure relèvera de Nouaillé jusqu’à la Révolution.

La « Grange Monastique »

Cette belle maison ancienne du 13ème siècle (classée Monument historique en 1967), mérite l’attention avec sa remarquable baie géminée (jumelle) et avec ses deux caves superposées, profondes et voûtées.

Elle est reconnue comme un des plus beaux bâtiments du Moyen-âge dans les Deux-Sèvres.

Mystérieuse, elle dissimule son nom : « Grange Monastique » ou « Hôtel des Templiers » ?

Il existait probablement un lien entre cette beauté médiévale et l’église Saint Jean Baptiste située en face.

On peut se demander si des bâtiments conventuels d’un prieuré n’existaient pas au Moyen-âge autour de l’église.

Indiquons qu’il existe aussi sous l’actuelle place de la mairie une autre salle voûtée assez semblable aux deux caves voûtées de la « Grange Monastique ».